LES SYSTÈMES

D’ALIMENTATION

Un système d’alimentation sélectionne, oriente et positionne les pièces pour faciliter et rendre possible sa manipulation postérieure ainsi que son montage. Les systèmes vibrants ou les systèmes d’alimentation reçoivent les pièces en vrac, les placent dans la position requise et les fournissent à l’étape suivante du processus productif à la fréquence et à la cadence nécessaire à leur bon fonctionnement.

Les parties d’un système d’alimentation

L’alimentation dynamique prend en compte toute l’exigence dérivée de la manipulation des pièces depuis sa disposition en vrac jusqu’à sa livraison positionnée, l’une après l’autre, à son traitement en automatique.
Ce processus est le résultat de la combinaison de plusieurs techniques spécifiques :
1) Celle de la force motrice sur laquelle sont basés les équipements utilisés, pour imprimer aux pièces une trajectoire d’avancée.
2) Celle de sélection-positionnement-rejet des pièces dans sa trajectoire d’avancée, avec l’objectif d’assurer un flux final des pièces, toujours dans une position identique.
3) L’inhérente au transport des pièces c’est-à-dire à la configuration et au traitement des surfaces de glissement où doivent avancer les pièces, selon sa géométrie, ses exigences d’asepsie, etc.., et à ses prestations d’aspect ultérieures.
4) Celle de l’interrelation des équipements complémentaires entre eux pour obtenir des systèmes autonomes d’alimentation automatique aux machines ou aux lignes de production, composés essentiellement d’une Unité de Sélection, une Unité d’Autonomie et une Unité de Liaison-poumon.

Un système d’alimentation est l’interrelation de deux ou plusieurs unités fonctionnelles qui configurent l’ensemble homogène susceptible d’admettre toutes les ressources physiques et séquentielles disponibles. Il sélectionne, oriente et positionne les pièces pour faciliter leur manipulation postérieure et leur montage. Le bol vibrant reçoit les pièces en vrac provenant d’une auge ou un bac (unité d’autonomie), les place dans la position requise et les fournit à une unité de liaison-poumon jusqu’à la station de réception d’une machine.

La décision d’automatiser

On définit deux types de systèmes d’alimentation:

Le système de base qui se compose d’une unité de positionnement (bol vibrant) et d’une unité de liaison-poumon (vibreur linéaire) montées toutes les deux sur une plaque ou un châssis support. Il s’agit du système d’alimentation idéal pour une implantation (fonction liaison), et qui permet de faire la moyenne des variations statistiques de cadence (fonction poumon).
Les systèmes de base permettent, en plus, d’introduire des contrôles supplémentaires, afin d’éviter des pressions excessives, de réduire le bruit ou l’usure des équipements, un mauvais traitement des pièces, des micros arrêts de la machine, etc….
Le système complet qui se compose de trois unités : l’unité d’autonomie, l’unité de positionnement et l’unité de liaison-poumon mis en relation sur une plaque ou un châssis support. Avec les différentes combinaisons, c’est la formule idéale pour donner une réponse à tout type d’exigences.

Les systèmes d’alimentation TAD sont à la pointe de la sélection, de l’orientation et du positionnement de pièces, offrant un haut standard de qualité et de fiabilité pour tous les secteurs (pharmaceutique et sanitaire, la cosmétique, l’électronique, l’automobile, la serrurerie, les jouets, l’alimentaire et des boissons) et les processus vibrants industriels (la mécanisation, l’assemblage, le placement d’inserts dans l’injection de plastiques, la soudure, la mise en bouteille et le packaging, la gravure, l’impression, le rivetage).